1 avril 2014

Le Château de la Gobinière

Par Dans Les Châteaux, Orvault

La Gobinière en 1872, c’est encore la campagne. Joseph et Jeanne Vincent, propriétaires d’un ensemble de tanneries quai de Versailles à Nantes décident d’y construire un château avec des dépendances. Au rez-de-chaussée se trouvent le grand salon, le salon de musique et la salle à manger. Les chambres occupent le 1er étage. Au 2ème étage se situent la bibliothèque et les chambres des domestiques. Quant au sous-sol, il abrite les cuisines et la laiterie.

En cette fin de 19ème siècle, il règne à la Gobinière une douceur de vivre.

Le train de vie et les charges d’entretien de la Gobinière contraignent Félix Vincent fils à vendre en 1923. Les Sœurs Dominicaines Contemplatives achètent la propriété et la transforment en cloître. Les grilles du parc se referment alors pour de longues années. Le rez-de-chaussée du château est transformé en chapelle.

Le château s’est lentement délabré. Une fois de plus les charges d’entretien pèsent trop lourdement sur les propriétaires. Les Dominicaines cèdent la Gobinière aux religieuses de la Retraite en 1951. et devient un lieu de recueillement et de silence.

En 1976, Une fois de plus, le domaine est à vendre. Le diocèse ne peut plus faire face aux dépenses financières. Michel Baudry, alors maire d’Orvault, convainc le conseil municipal de le racheter : « J’ai désormais la conviction que nous devons nous orienter vers l’achat de la propriété Massabielle car nous regretterions, par la suite, de ne pas l’avoir fait au profit de la commune. » Dès son acquisition, le site se voit assigner l’action culturelle pour vocation dominante. L’école de musique occupe d’abord les communs puis le rez-de-chaussée du château. Les Ateliers de la Gobinière, en particulier, y prennent leurs quartiers et contribuent depuis à l’animation du site. Le Parc, lui-même devient le théâtre de nombreuses manifestations d’envergure : fêtes interquartiers, festival des enfants et de la Nature…

Le jeudi 8 janvier 1987 à 17h30, un incendie se déclare dans la charpente. Très vite, la toiture et le dernier étage sont ravagés par le feu. L’eau et le froid se chargeront des autres niveaux. La toiture sera rapidement refaite mais les travaux de réhabilitation des intérieurs ne seront entrepris qu’en 1994. Le château,restauré, accueille dorénavant, la Direction des affaires culturelles et du sport de la Ville.

Retour sur Les Châteaux d’Orvault

1 Comment
  1. Louis-Paul Fallot 22 janvier 2010

    La Godinière – Orvault, Nantes où je reviens reviens chaque année, et le parc de la Godinière est un de mes lieux de promenade favoris…
    Je découvre votre site avec un très grand plaisir.

    Répondre

Laisser un commentaire

 

error: Content is protected !!