11 mai 2011

Les Maisons Traditionnelles

Par Dans Rezé, Trentemoult

En prévision des crues, les maisons des pécheurs possédaient des murs épais, souvent d’un mètre pour résister à la poussée des eaux. Les maisons étaient généralement construites sur trois niveaux.

Le premier, inondable, était occupé par le cellier, la pièce d’habitation étant réservé au deuxième niveau et donc à l’abri de la montée des eaux. Le dernier niveau était occupé par un grenier servant de réserve à bois qui pouvait parfois communiquer avec les greniers mitoyens, permettant ainsi aux voisins de se rencontrer sans avoir besoin d’utiliser des embarcations. Les escaliers étaient en principe extérieurs pour accéder directement à la pièce d’habitation lors des inondations. Ces derniers étaient cependant parfois doublés par un escalier intérieur. Ultime précaution supplémentaire, les maisons disposaient souvent de deux sorties : quand l’eau montait d’un côté on utilisait l’autre accès…

La construction du quai Surcouf à partir de 1850 et du quai Marcel Boissard entre 1860 et 1888, a permis de réduire les risques de débordement du fleuve. Les dernières grandes crues mémorables sont celles de 1910 et 1936.

De nos jours, le quartier des pêcheurs a la particularité d’avoir des maisons colorées aux façades originales. La petite histoire veut qu’au début du XXe siècle, les marins utilisaient les restes de leurs peintures destinées aux menuiseries extérieures de bateaux pour décorer leurs maisons…

 

Laisser un commentaire

 

error: Content is protected !!