13 mars 2014

Le Château des Ducs de Bretagne

Par Dans Centre-Ville, Nantes

Le Château des Ducs de Bretagne fut la principale résidence des Ducs de Bretagne, du XIII au XV siècle. C’est notamment la duchesse Anne de Bretagne, reine de France par la suite, qui y passa toute son enfance. On lui devra plus tard l’union définitive de la Bretagne à la France. Le château a également accueilli Henri IV en 1598, pour la signature de l’Edit de Nantes.

C’est aujourd’hui un musée dédié à l’histoire de Nantes, et un magnifique témoignage du patrimoine régional, récemment restauré pour le plaisir de ses visiteurs.

Le château est classé monument historique depuis 1862.

L’entrée du Château:

L’entrée principale se fait par le pont dormant en pierre. Point vulnérable de la forteresse, cette entrée possédait à l’origine une herse et deux portes protégées par des ponts-levis à bascule : une grande pour le passage des charrettes et des cavaliers, une plus petite pour le passage des hommes à pied. Les deux autres entrées fortifiées historiques, moins connues, sont la poterne de la Loire, sur la façade Sud du château, construite par Anne de Bretagne entre 1491 et 1494, et le pont de Secours, sur la façade Nord.

Les Tours du Pied-de-Biche et de la Boulangerie : ces tours jumelles datent de 1466, année de construction du château par François II. Elles encadrent et protègent l’entrée principale par le pont dormant. La tour de la Boulangerie porte les armes de la duchesse, un écu d’hermine, surmonté de la couronne ducale. Une devise y est également inscrite : « Amavi » (« j’ai aimé » en latin). Il s’agit d’une libre déclinaison (tardive) de la devise des ducs de Bretagne Monfort et de l’ordre de l’Hermine « À ma Vie ».

Le Grand Logis:

Réalisé par François II, ce bâtiment est un lieu de résidence pour le duc de Bretagne et sa cour. Édifiées sous le règne d’Anne, duchesse de Bretagne puis reine de France, les lucarnes témoignent par leur décor sculpté de l’union de la Bretagne à la France : le porc-épic de Louis XII fait face au lévrier d’Anne. Les lucarnes sont de style gothique flamboyant.

La Tour de la Couronne d’Or :

Elle relie le Grand Logis au Grand Gouvernement.

Construite par François II et achevée par sa fille Anne de Bretagne, elle tient son nom de la proximité du puits, surmonté de fers forgés symbolisant la couronne ducale.

Quatre loggias sur deux niveaux, qui sont des pièces ouvertes sur l’extérieur, agrémentent les étages élevés de la tour. Elles sont principalement réservées à la détente, la parade et permettent d’assister aux fêtes dans la cour. Elles constituent un élément décoratif nouveau, issu des premières influences italiennes.

La Tour du Port

La tour du Port se situe à l’angle sud-ouest du château. Englobée au XVIe siècle dans un bastion qui saillait sur la Loire, elle n’a été redécouverte qu’en 1854, lors de la démolition de ce bastion. Elle fait quinze mètres de haut pour une dizaine de mètres de diamètre.

Elle devait comporter un étage couvert à l’origine, mais celui-ci correspond au toit en terrasse reconstruit en 1854. Extérieurement, la façade est marquée par l’alternance de schiste et de granit et par des mâchicoulis de type breton, ornés de motifs trilobés, reposant sur trois consoles positionnées en pyramide inversée.

 

La Tour de la Rivière:


La tour de la Rivière, qui correspond à l’angle sud-est du château, est celle qui a été le moins altérée. Faisant onze mètres de diamètre pour quinze mètres de haut, elle est similaire à la tour du Port, et elle présente les mêmes mâchicoulis bretons.

Au XVIIIe siècle, la tour a été surmontée d’une petite construction de deux étages, similaire à l’aile adjointe au Petit Gouvernement voisin. Ce bâtiment a été détruit en 1944 pour redonner à la tour son aspect d’origine.

Laisser un commentaire

 

error: