2 avril 2014

Le Bourg

Par Dans Le Bourg, Orvault

En 1901, les moyens de transport traditionnels n’ont guère évolué. Les bicyclettes sont rares. C’est donc à pied ou avec les diligences du Père Bouvier qu’on se rend à Nantes.

L’entreprise compte deux grandes voitures, un break et 7 chevaux. Il y a trois départs par jour ; à 6 heures, à 10 heures, et à 17 heures. L’entreprise assure également le transport du lait pour les cultivateurs de Bel-Ebat, la Garnison, Montcellier, les Anges, le Landreau, le Bois-Cesbron, la Bugallière.

Au retour le Père Bouvier jetait les bidons vides, dans le fossé, sans prendre le temps de s’arrêter.

L’année 1935 sonne le glas des diligences de l’entreprise Bouvier. Jusqu’à sa mort en 1946, le Père Bouvier racontera l’histoire de ce transport en commun réputé pour ces voyages à rallonge à cause des arrêts imprévus dans les cafés…

Texte: Mairie d’Orvault

Laisser un commentaire

 

error: