Le Chat qui Guette

Située sur les coteaux surplombant la rive sud de la Loire, la Montagne ne trouve d’identité communale qu’en 1877 : depuis la Révolution, elle faisait partie de Saint-Jean-de-Boiseau.

Avant 1790, la seule paroisse connue était même celle de Saint-Jean-de-Bouguenais.

À partir du XVIIe siècle, ces terres d’agriculture et de vignes bénéficient d’un bel essor économique, lorsque le Pellerin et Couëron deviennent des avants-ports de la riche cité nantaise, et que les fonderies royales de canons de l’île d’Indret animent ce qui demeurera un site industriel important. La Montagne, d’ailleurs, doit son nom à la belle demeure édifiée au XVIIIe sur les hauteurs du coteau par Aristide Demangeat, fils d’un dirigeant des premières fonderies…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez remplir ce champ
Vous devez remplir ce champ
Veuillez saisir une adresse e-mail valide.
Vous devez accepter les conditions pour continuer

3 − deux =